Rencontrons Céline et Alain, du Château Dubraud

Pas toujours facile de choisir un domaine à visiter sans vraiment savoir qui va nous accueillir une fois aux portes de la propriété. Nous avons donc décidé de vous faire « rencontrer » nos vignerons au préalable!

Voici nos portraits de vignerons !

 

Aujourd’hui nous accueillons :

Le Château Dubraud! 

Alain et Céline Vidal, vignerons bordelais

Alain et Céline Vidal, vignerons bordelais

 

Céline et Alain sont les vignerons à la tête du Château Dubraud, en Blaye et Blaye-Côtes de Bordeaux !

Nabuco : qui ou quoi vous a transmis le désir de devenir vigneronne?
Céline : J’ai découvert le vin par les grands vins en rencontrant mon mari. Il a fait ses études de viticulture-œnologie à Bordeaux, et avait conservé dans sa cave de magnifiques bouteilles de 1982 😉  Mon 1er coup de cœur en vin : un Haut Marbuzet 1982 ; ce vin est resté longtemps mon étalon, ma référence. En ayant commencé directement par de grands vins, je n’ai aucun plaisir à boire un petit vin dont un défaut ressort trop : je préfère rester à l’eau !

Nabuco : qu’est-ce qui vous inspire et vous motive tous les jours?
Céline : Avec mon époux, nous avons toujours à l’esprit de toujours améliorer nos vins : nous cherchons toujours la concentration, la finesse des tanins, l’élégance ; des tanins puissants mais enrobés, gourmands ; qui fait que nos vins plaisent aux amateurs de vins légers, comme de puissants.

Nabuco : quel est votre moment préféré de l’année? dites-nous pourquoi!
Céline : J’aime la mise en bouteilles des nouveaux millésimes : c’est comme la naissance d’un vin, l’aboutissement d’une année de travail à la vigne, de plusieurs mois d’élevage au chai… c’est le moment où nous allons enfin le présenter à nos clients. C’est un moment attendu par tous !

Château Dubraud

Château Dubraud

 

Nabuco : vous avez sûrement un fait cocasse à partager avec nous…
Céline : J’exposais sur un salon du vin, et j’ai proposé à un monsieur de déguster. En regardant notre appellation, il a fait la grimace ; piquée au vif, j’ai insisté pour qu’il déguste, en lui indiquant qu’il serait surpris ; devant mon insistance, il a accepté, a dégusté sans rien exprimer. Il a terminé son verre puis m’a demandé que je le serve à nouveau : il souhaitait faire goûter notre vin à son fils exposant aussi sur le salon, mais d’une prestigieuse appellation de la rive droite.

Le père est revenu peu de temps après, toujours aussi sérieux et peu chaleureux ; il m’a semblé un peu vexé, mais m’a félicitée !

Nabuco : quel est le petit plus de votre exploitation?
Céline : Une exploitation familiale, où nous cherchons toujours à nous améliorer pour vous offrir chaque année des vins qui réjouissent le palais, en travaillant de façon la plus naturelle possible!

 

Merci beaucoup Corinne (et Alain) d’avoir pris le temps de répondre à nos questions!

Réservez votre visite-dégustation auprès de ces sympathiques vignerons !

Laissez votre réponse