Tout Sur… #3 : Le système de classification des vins de Bordeaux!

Premier Cru de 1855, Premier Grand Cru Classé A ou B, Cru bourgeois, ou encore Cru Artisan, de très nombreux termes existent pour désigner les meilleurs vins du bordelais. Tellement qu’il est très facile de faire des confusions et de ne pas avoir les idées claires à ce sujet. Si c’est votre cas, cet article est fait pour vous !

Concrètement, il existe cinq classements distincts chargés de hiérarchiser les vins de Bordeaux :

Le classement de 1855

Créé à la demande de Napoléon III lors de l’exposition universelle de Paris, ce classement est sans doute celui de référence lorsque l’on évoque les vins de Bordeaux. Cependant, il concerne seulement les vins rouges du Médoc, les blancs liquoreux du Sauternais et un vin rouge de l’appellation Graves. Ce classement, comme tous les autres d’ailleurs, ne ressemble pas à un classement classique du type premier, deuxième, troisième, etc. Aucun château n’arrive en tête devant ses concurrents. L’idée est de catégoriser les châteaux en fonction de la qualité de leurs vins, de leur réputation et de leurs prix.

La plus haute distinction, pour les rouges, est la mention « Premiers Crus », attribué par exemple au Château Latour ou au Château Haut Brion, qui est l’exception venue des Graves. Se succèdent ensuite les mentions « Seconds Crus », « Troisièmes Crus », jusqu’à cinq. En ce qui concerne les blancs, il existe trois rangs distincts : les Premiers et Deuxièmes Crus, mais aussi les Premiers Crus Supérieurs, distinction ultime décernée uniquement au Château d’Yquem !

Un seul changement fut effectué depuis la création du classement en 1855, et il concerne le château Mouton-Rothschild, qui fut promu de Second Cru à Premier Cru en 1937. Au total, le classement recense 61 rouges et 27 blancs !

Les Crus Classés de Graves

On reste sur la rive gauche de la Garonne pour s’intéresser au classement des Grands Crus de la région des Graves. Celui-ci, créé en 1953, a davantage pour but de mettre en avant les châteaux les plus prestigieux du vignoble et ayant la meilleure production, que de hiérarchiser les châteaux entre eux. En effet, 16 domaines ont reçu mention de Crus Classé de Graves et sont tous logés à la même enseigne, peu importe la couleur du vin. Ainsi, le fameux château Haut Brion et son rouge, qui apparaît au classement de 1855, figure aux côtés de châteaux comme le Château Latour-Martillac et ses vins blancs et rouges. Au total, sept domaines classés produisent du rouge, trois du blanc et six les deux. Pour l’instant, ce classement reste d’origine car aucune révision n’a été effectuée depuis sa création !

Les Grands Crus de Saint-Emilion

Ce classement, créé en 1954, fait également figure de référence dans le bordelais, malgré son siècle de retard sur le Médoc et son classement de 1855 ! Initié par l’Institut National des Appellations d’Origine, il recense 82 crus rouges produits dans la région de Saint-Emilion et en ayant acquis l’appellation d’origine contrôlée. Ces domaines sont répartis en grande catégorie, les Grands Crus Classés et les Premiers Grands Crus Classés. Cette dernière étant elle-même découpée en deux parties distinctes, les Premiers Grands Crus Classés A et les Premiers Grands Crus Classés B. La lettre A, distinction suprême, n’a été accordé qu’à quatre châteaux en plus de 50 ans d’existence : les Châteaux Angelus, Pavie, Cheval Blanc et Ausone ! De même, 14 châteaux sont classés B et le reste est logiquement en Grands Crus Classés « simple ».

Grande différence avec la rive gauche et celui de 1855, ce classement est modifié, théoriquement tous les dix ans. C’est ainsi que les châteaux Angelus et Pavie ont accédé à la classification la plus haute en 2012.

Les Crus Bourgeois

Le classement des Crus Bourgeois concerne les châteaux du Médoc, et récompense en règle générale les domaines de grande qualité mais n’ayant pas pour autant été inscrits au palmarès du classement de 1855. La première version du classement des Crus Bourgeois a été publiée en 1932, justement pour pallier à l’élitisme du classement de 1855 et récompenser d’autres domaines viticoles. A l’époque, pas moins de 444 châteaux avaient été concernés par ce classement, répartis sur une échelle de trois distinctions, les crus bourgeois, les crus bourgeois supérieurs et les crus bourgeois exceptionnels. Une mise à jour du classement fut effectuée en 2003, conservant les mêmes catégories de classement, et récompensant 247 propriétés.

Après une remise en cause par différents châteaux, ce classement fût annulé et la commission en charge de celui-ci décida de changer sa façon de faire. Désormais, et depuis 2010, la mention Crus Bourgeois est décerné dans une optique de labellisation et non de classification. Ainsi, chaque année en septembre, le label Cru Bourgeois est décerné aux châteaux, environ 250, sélectionnés par la commission.

Les Crus Artisans

Vieille de plus de 150 ans, la dénomination Cru Artisan concerne une nouvelle fois les vins du Médoc. A la différence des Crus Bourgeois, les propriétés pouvant être récompensées ne doivent pas excéder les cinq hectares de vignes, il s’agit donc d’un classement des « petites » propriétés. Une nouvelle fois le terme de classement n’est sans doute pas le plus adéquat pour définir les Crus Artisans puisque cela s’apparente davantage à une notion de labellisation. Pour preuve, il est autorisé depuis 1994 de faire apparaître la mention Cru Artisan sur l’étiquette d’un vin ayant reçu la distinction.

Le classement est mis à jour tous les 10 ans et le dernier, datant de 2012, a octroyé la distinction à 44 propriétés, ce qui est bien plus restreint que les Crus Bourgeois !
Si l’envie vous prend de découvrir plus en détail ces classements, rien de tel que d’aller à la rencontre des vignerons ayant la chance de figurer dans l’un de ces classements !

Classement de 1855, Second cru : Château Léoville Poyferré

Classement des Grands Crus de Saint-Emilion : Saint-Emilion Grand Cru Classé

Classement des Crus Bourgeois : Château Haut-Barrail

Classement des Crus Artisans : Château Gadet Terrefort

Derniers commentaires

  1. Soline Bossis 23 mai 2017

Laissez votre réponse