Festival Oenovidéo, le vin fait son cinéma à la Cité du Vin!

Le week-end dernier avait lieu, à la Cité du Vin, le festival annuel Oenovidéo. Cette année, le plus ancien festival international de films et de photographies sur l’univers viticole a proposé 24 films en compétition et un total d’une quinzaine d’heures de projection. Les films et les photographies, provenant des quatre coins du monde, sont passés sous les yeux avertis des festivaliers mais également d’un jury présidé par Yves Rousset-Rouard, vigneron et producteur de nombreux films comme « Les Bronzés » ou « Le père Noel est une ordure ».

Les festivités ont débuté jeudi après-midi, avec la diffusion en avant-première du nouveau film de Cédric Klapish, parrain de cette 24ème édition. « Ce qui nous lie » retrace l’histoire d’une fratrie originaire de Bourgogne reprenant le vignoble familial au décès de leur père et évoluant au fil des saisons et de la production de leur vin. Cette fiction, qui n’était pas en compétition, exprime parfaitement l’esprit du festival qui vise à entremêler le monde du cinéma avec celui du vin et de la vigne.

Publié par Festival International films & photos vin – Oenovideo – Terroirs d'images sur vendredi 2 juin 2017

 

Après quatre jours de projection et de délibération, le jury a rendu son verdict et a récompensé 14 films avec des distinctions allant du Grand Prix du jury au meilleur film destiné aux professionnels, en passant par le meilleur court-métrage. Ainsi, la plus grande distinction du festival, le Grand Prix, a été attribué au long métrage espagnol « La vinya i la banya », le vignoble et la corne en français. Ce film documentaire raconte l’expérience que représente la production d’un premier vin, avec les joies et les peines qui s’ensuivent. Dans le même registre, « The promise », un long métrage serbe dépeint les aventures de plusieurs européens venus des quatre coins du continent, réunis dans un village serbe pour tenter de développer un domaine viticole et y produire un vin nouveau. Ce film plein d’espoir à d’ailleurs été récompensé du prix du meilleur scénario et de la meilleure mise en scène.

Côté court métrage, le prix a été décerné au film français « Soury », mettant en scène la rencontre entre un vieux vigneron de Provence et Wassin, un réfugié Syrien perdu dans la région. Les secrets du champagne ont également été percés grâce à ce qui a ce qui a été désigné comme le Meilleur film destiné aux professionnels, « Champagne, un océan de bulles ». Ce documentaire très instructif a connu un véritable succès puisque également récompensé par le prix de la Revue des Œnologues.

Quant à lui, le public ayant fait le déplacement ce week-end a fait le choix de récompenser le film français « La guerre du vin », rassemblant des témoignages à propos de la manifestation qui avait fait deux morts en 1976 sur la commune de Montredon-des-Corbières. A l’époque, de très nombreux vignerons avaient protesté afin de réguler le marché viticole européen, avant que cette initiative ne tourne au drame. Les témoignages de ces vignerons ont également touché le Grand jury, qui leur a d’ailleurs attribué la mention spéciale « Témoignage ».

Publié par Festival International films & photos vin – Oenovideo – Terroirs d'images sur vendredi 2 juin 2017

 

Cette 24ème édition aura donc été riche en émotion et en belles images, pour retrouver le palmarès complet et tous les films en compétition, c’est par ici !

Laissez votre réponse